Rechercher sur le Site

Déclaration FO CTSD du 8 février 2019
Publié le 7 février 2019 | SNUDI-FO 31
PDF - 121.2 ko
Déclaration FO CTSD du 8 février 2019

Madame l’Inspectrice d’Académie, Mesdames et Messieurs les membres du CTSD,

 

La colère gronde partout dans le pays et le gouvernement n’entend pas. Il n’entend pas les revendications légitimes portées par les gilets jaunes, il n’entend pas les revendications légitimes des 5,5 millions de fonctionnaires et d’agents publics qui se sentent oubliés. FO a réuni des milliers de fonctionnaires hier à Matignon, FO a soutenu l’appel à la grève du 5 février et était présent avec les gilets jaunes lors des manifestations. Le gouvernement doit entendre et doit revoir sa copie !

Dans l’Education Nationale aussi, les revendications restent sans réponse. Pas assez de postes d’enseignants, des effectifs trop élevés, des conditions de travail qui se dégradent, une revalorisation de salaire qui n’arrive pas…

Notre département n’échappe pas à la règle. C’est dans ce contexte que la carte scolaire 2019 débute et les mesures envisagées confirment nos craintes. La dotation pour notre département est bien en deçà des besoins réels. 55 postes dans l’académie et 79 dans le département ! On comprend bien, encore une fois, que la dotation départementale se fait au détriment des autres départements de l’académie. Cette situation est inacceptable et ne suffira pas ! Les 79 postes du département, dont 18,5 sont utilisés pour le dédoublement des CE1 en REP, soit 60 postes restants, ne suffiront pas à ouvrir partout où cela est nécessaire, à créer les postes de remplaçants indispensables au bon fonctionnement de notre institution, à réduire les effectifs trop élevés dans les classes…

L’Education Nationale doit se donner les moyens nécessaires et permettre au service public de remplir sa mission. L’Etat doit garantir à tous ses citoyens une égalité des chances. Cette égalité passe par une école républicaine nationale qui prend en compte les revendications de ses enseignants !

Les effectifs de notre département ne sont pas acceptables. Nous pouvons parler de seuils ou de repères… Personne n’est dupe ! Nous accordons de l’importance au choix des mots dans notre métier c’est vrai, mais ici il ne s’agit pas du choix d’un mot mais de situations réelles avec des personnels réels, des élèves réels et des familles réelles. Il s’agit bien de s’accorder sur ce qui est acceptable et ce qui ne l’est plus. 27 élèves en élémentaire et 32 en maternelle c’est trop ! Ceseuil n’est pas un maximum car c’est sans compter les élèves inclus des différents dispositifs : ULIS, UPE2A, ITEP, c’est sans compter les écoles primaires et ces élèves de GS qui permettent de lisser les effectifs, c’est sans compter les élèves répartis dans les classes faute de remplaçant, c’est sans compter les CP-CE1 à 12 qui justifient une augmentation des effectifs dans les autres niveaux des école REP et REP+, c’est sans compter les inscriptions tout au long de l’année...

Nous sommes d’accord pour ne plus parler de seuils ni même de repère si cela se traduit par une baisse des effectifs dans chaque classe de chaque école du département. Vous faites avec les moyens accordés, nous l’avons bien compris et nous vous demandons d’intervenir auprès du ministre afin de donner à notre département des moyens en adéquation avec ses besoins.

Nous actons positivement la création de postes de remplaçants mais les 29 postes prévus ne suffiront pas. Nous avons été stupéfaits à la lecture des documents de travail de l’abandon des décharges exceptionnelles accordées, notamment aux écoles des quartiers Nord de Toulouse toujours pas classées REP. Nous ne pouvons l’accepter.

 

 

 

 

Nous réaffirmons les revendications légitimes des enseignants :

- l’allègement des effectifs dans toutes les classes : pas une classe à plus de 25 élèves et le respect des seuils en REP et REP+ ;

- des ouvertures partout où cela est nécessaire ;

- la création de postes de remplaçants en nombre suffisant et l’abandon de la fusion ;

- les ouvertures et réouvertures de postes et structures spécialisés et des postes de RASED ;

- le recrutement d’enseignants sur la liste complémentaire ;

- le respect de la spécificité des maternelles : pas de fusion maternelle-élémentaire.

 

Toutes les demandes d’ouvertures et de non-fermetures doivent être satisfaites car elles ont en commun de vouloir le meilleur pour notre service public, pour ses personnels et pour ses élèves.

 

 

 

 

 

 

 

 

cale




Documents Liés
Déclaration FO CTSD du 8 février 2019
PDF - 121.2 ko
Réunions à venir

RIS "Attaques contre le mouvement"

jeudi 24 janvier 2019 à 17h à l’UD FO 31, 93 bd de Suisse, 31200 TOULOUSE

Word - 28 ko
Lettre type RIS IEN

vendredi 15 février 2019 9h-16h30 : Assemblée générale des adhérents à l’UD FO 31, 93 bd de Suisse, 31200 TOULOUSE (voir mail inFO 34), Inscrivez-vous à l’AG

RIS Mouvement, Mercredi 20 mars à 9h à l’UD FO 31, 93 bd de Suisse, 31200 TOULOUSE

RIS Mouvement, Mercredi 20 mars à 14h à l’UD FO 31, 93 bd de Suisse, 31200 TOULOUSE

RIS ESPE Mouvement

Le vendredi 15 mars à 12h30 : date décalée en raison du décalage de l’ouverture serveur mouvement au 18 mars
Le lundi 18 mars à 12h30 : date décalée en raison du décalage de l’ouverture serveur mouvement au 18 mars

Inscription en ligne pour les stages

Stage Mouvement, vendredi 22 mars 2019 à 9h à l’UD FO 31, 93 bd de Suisse, 31200 TOULOUSE

Stage Mouvement, lundi 25 mars 2019 à 9h à l’UD FO 31, 93 bd de Suisse, 31200 TOULOUSE


Contactez-nous


Téléphone 05 61 47 89 55
Fax 09 59 86 78 22

snudi.fo31@gmail.com

SNUDI Force Ouvrière 31
HAUTE GARONNE


93 BOULEVARD DE SUISSE
31200 TOULOUSE


Dossiers d’actualité
PDF - 813.8 ko
4 pages PPCR novembre 2018
PDF - 1 Mo
Dossier 8 pages PPCR avril 2018
PDF - 284.3 ko
L’école inclusive de la loi de refondation et ses conséquences concrètes dans les écoles…

Syndicalisation 2018


SPIP 2.1.28 [22259] habillé par le Snudi Fo