Rechercher sur le Site

Déclaration du SNUDI-FO à la CAPD Mouvement du 24 Juin 2019
Publié le 24 juin 2019 | SNUDI-FO 31

Madame l'Inspectrice d'Académie,

Mesdames et Messieurs les membres de la CAPD,

 

La Loi sur la confiance et la loi Dussopt ne sont pas encore promulguées que déjà l'esprit de ces lois   est mis en place. Pour M.Macron et Blanquer, l'Ecole est en marche… mais en marche forcée vers sa privatisation, sa destruction, la disparition de l'école de la République…

Mais cette politique-là, les collègues la rejettent massivement ! Le 17 juin 2019, premier jour du baccalauréat, ils étaient encore 700 sous les fenêtres du rectorat. Partout la colère gronde, les initiatives se multiplient…Par ici, la grève, par-là, la rétention des notes, partout les enseignants se réunissent en AG pour s'organiser, combattre et vaincre ce gouvernement aux abois.

Ce gouvernement se veut inflexible, mais qu'ils soient en Gilet Jaunes (ils en sont déjà à l'acte XXXII), qu'ils se réunissent en AG, échangent, manifestent, les enseignants et plus généralement les salariés cherchent à résister. Ce gouvernement peut mutiler, baillonner, arrêter, condamner ils n'arrêtera pas la mobilisation de ceux qui rejettent la politique gouvernementale.

D'ailleurs, les fortes mobilisations enseignantes ont obligé M.Blanquer à reculer sur certains points,  notamment sur les EPSF ! Si ce recul était confirmé, il serait un point d'appui pour obtenir le retrait de la totalité de la loi. Les dangers demeurent : l'école maternelle est plus que jamais menacée (et il en va de même des structures spécialisées), la formation initiale qui prévoit l'utilisation d'AED précaires et corvéables à merci, la remise en cause de la liberté d'expression pour les enseignants...

La mobilisation continue ; et le SNUDI FO sera là pour être une force d’opposition à cette logique libérale.

 

Le projet de loi Dussopt prévoit, outre la mise en place de contrats de projets dans la fonction publique, qui sont le pendant des contrats de chantier dans le privé, la suppression des CT et des CHSCT qui seraient remplacés par des Comités Sociaux d'Administrations (CSA). Si cette loi est promulguée, cela entraînera nécessairement une baisse de la représentation syndicale pour défendre les droits des agents, défendre leur santé et leur sécurité. Il est vrai que tous ces aspects seront inévitablement mis à mal par ce projet de loi qui envisage de privatiser les missions, d’obliger les mobilités forcées et d’aggraver la précarité à travers la multiplication des contractuels en CDD. Cela prouve encore une fois que ce ministre n'a que faire de ses agents. 

 

Nous souhaitons également profiter de cette CAPD pour réaffirmer, une nouvelle fois, notre attachement indéfectible aux commissions administratives paritaires de corps remises en cause avec le mouvement départemental. En effet, la question du mouvement que nous allons traiter aujourd'hui est indissociable de la question de la survivance des CAPD. Ce qui est prévu par M.Blanquer, c'est la remise en cause de l'égalité de traitement des fonctionnaires et l'affaiblissement et le contournement des syndicats.

Même si nous tenons cependant à remercier les personnels administratifs qui, eux aussi, paient le prix des politiques d'austérité, qui exercent dans des conditions très difficiles, qui subissent les suppressions de postes, et qui malgré tout ont su se montrer le plus disponible possible, nous n'osons imaginer ce qu'il en serait si, comme le souhaite ce gouvernement, les représentants syndicaux élus par les personnels n'ont plus leur mot à dire sur le mouvement mais aussi le changement d'échelon et le passage à la hors classe !

Venons-en au mouvement des personnels. Il paraît que M.Blanquer écoute… Ecouter c'est bien, mais lorsque le corps enseignants et les organisations syndicales annoncent dans leur quasi-unanimité le rejet de ce projet, il serait bon que M.Blanquer en tienne compte. M.Blanquer se limite à un monologue social ce qui ne peut mener qu'aux problèmes que nous avons rencontrés !

La plupart des organisations syndicales (dont le SNUDI-FO) avaient dès l'annonce de la note de service sur la mobilité des enseignants, fait part de leur opposition aux nouvelles modalités du mouvement : suppression de la 2ème phase du mouvement, nomination à titre définitif d'enseignants sur des vœux qu'ils n'ont pas demandés, prédominance de vœux géographiques, affectation sur des « coquilles vides » …

Un tel projet ne pouvait malheureusement mener qu'au chaos…

Multiplication des bugs, accumulation des retards et des reports, erreurs de barème, affectation fin juin ce qui ne permet pas de préparer la rentrée dans de bonnes conditions.…

Jamais les droits des personnels n'ont autant été bafoués !

Le SNUDI FO a d'ailleurs relevé et fait remonter à vos services plus de 140 erreurs.

 

Cette année dans la Haute Garonne, près de 562 TRS n’ont pas d’affectations précises et 7 collègues restent sans affectation !

Sans compter les nombreux enseignants affectés d'office et à titre définitif dans une circonscription  souvent à l'opposée de leurs vœux. Le découpage en seulement 8 zones, bien trop grandes, pour la L2 ne pouvait amener les collègues qu'à des affectations non satisfaisantes et qui seront source de souffrance pour l'année à venir.

Avec ces réformes, rien ne garantit que les organisations syndicales pourront encore contrôler les affectations, notamment pour les grands vœux géographiques. Il est par exemple pour nous, inenvisageable que les affectations des TRS, qui doivent se faire selon les barèmes, puissent être réalisées en dehors d'un GT !

Le ministère anticipe déjà la loi de transformation de la fonction publique qui cherche à vider les commissions paritaires de leur substance et à remettre en cause les prérogatives des organisations syndicales.

Comment peut-on imaginer que les affectations des personnels puissent se faire sans la vérification et le contrôle des personnels ?

 

Pour le Snudi FO, il est indispensable d'abandonner cette note de service sur la mobilité et de revenir au mouvement antérieur avec ses différentes phases et ses affectations aux vœux précis selon barème.

En l'état actuel des choses, nous demandons :

-        que les collègues affectés via la L2 ne le soient à titre définitif qu’avec leur accord ;

-        que les collègues affectés via l’extension puissent bénéficier d’une réaffectation en particulier s’il s’agit de postes de direction, d’ASH ou d’éducation prioritaire ;

Nous demandons qu’un groupe de travail soit réuni au plus vite pour étudier ces demandes de réaffectation ainsi que les demandes de délégation.

 

Concernant les affectations sur poste de TRS, nous demandons qu’une fiche de vœux soit envoyée aux collègues, que la DPE procède aux affectations sur la base d’un barème précis, qu’un groupe de travail soit réuni pour effectuer le contrôle paritaire de ces affectations.

 

 

 

 

 

 

cale




Réunions à venir

RIS TRS 2019

Mercredi 26 juin 9h30 au 93 bd de Suisse, 31200 Toulouse

Mercredi 26 juin 14h au 93 bd de Suisse, 31200 Toulouse

Word - 28 ko
Lettre type RIS IEN

Inscription en ligne pour les stages

Les stages ont lieu à l’UD FO 31, 93 bd de Suisse, 31200 TOULOUSE


Contactez-nous


Téléphone 05 61 47 89 55
Fax 09 59 86 78 22

snudi.fo31@gmail.com

SNUDI Force Ouvrière 31
HAUTE GARONNE


93 BOULEVARD DE SUISSE
31200 TOULOUSE


Dossiers d’actualité
PDF - 813.8 ko
4 pages PPCR novembre 2018
PDF - 1 Mo
Dossier 8 pages PPCR avril 2018
PDF - 284.3 ko
L’école inclusive de la loi de refondation et ses conséquences concrètes dans les écoles…

Syndicalisation 2018


SPIP 2.1.28 [22259] habillé par le Snudi Fo