Rechercher sur le Site

Déclaration CAPD du 20 mai 2021
Publié le 25 mai 2021 | SNUDI-FO 31

 

Monsieur l’IA-DASEN, Mesdames et Messieurs les membres de la CAPD,

 

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, nous vous avons adressé un courrier mardi 18 mai dans lequel nous vous demandions la tenue de cette CAPD en présentiel.  Comme expliqué dans ce courrier, la décision de tenir cette CAPD en visioconférence est incohérente, et d’autant plus incompréhensible que les personnels sont amenés à faire classe, parfois avec plus de 30 élèves, dans des salles dont la superficie est bien moindre que celle où nous nous réunissons habituellement au rectorat.

La qualité des échanges lors des réunions en visio s’en trouve dégradée et ne permet pas les échanges approfondis et directs nécessaires au dialogue social.

Nous vous demandons de bien vouloir en tenir compte lors des prochaines instances afin que les représentants des personnels, disposent des 2 modalités, présentiel ou distanciel. 

 

Depuis plus d’un an déjà, les personnels des écoles, comme l’ensemble de la population subissent des restrictions inacceptables. Instrumentalisant la situation inédite de cette pandémie, le gouvernement multiplie les remises en cause de nos droits et de nos libertés. Rien ne l’arrête. Il continue et amplifie sa politique d’austérité et les coupes budgétaires. La dégradation des services publics est en marche. Des lits ferment à l’hôpital, des classes ferment à l’Éducation Nationale. Les protocoles dit sanitaires s’enchaînent, la FAQ remplace les décrets et les personnels se démènent pour pallier les manques du système sans que rien n’assure leur protection réelle sur leur lieu de travail.

 

Depuis plusieurs semaines, nous vivons dans les écoles une situation ubuesque. Les élèves dont l’enseignant est absent et non remplacé doivent rentrer chez eux. Ainsi, l’Éducation Nationale prive les élèves de l’enseignement dû aux enfants de la nation par son incapacité à remplacer les enseignants absents. La pandémie a mis en exergue le manque d’engagement de notre gouvernement dans l’Éducation Nationale et les services publics. Cela ne date pas d’hier. Hier encore, il était possible de « cacher » les élèves dont l’enseignant n’était pas remplacé dans les autres classes. Hier encore, la répartition, pouvait donner l’illusion que tout était sous contrôle… alors que nous nous retrouvions dans des classes à plus de 30 voire à plus de 35 sans tables ni chaises en nombre suffisant pour installer tout le monde. Il est urgent de prendre la mesure de la dégradation des conditions de travail des collègues. Il était et est toujours inadmissible que les collègues doivent répartir les élèves d’une autre classe faute de remplaçants. Il est tout aussi inadmissible de renvoyer les élèves chez eux. Le ministère doit recruter immédiatement.

Mais M. Blanquer, après avoir rendu 301 millions d’euros sur le budget 2020, ne prévoit pas de recruter les personnels indispensables au fonctionnement de notre Ecole.

Ainsi, par ce refus, le ministre remet en cause le droit à l’instruction des élèves. Si le recrutement de 10 000 policiers est possible alors le recrutement de dizaines de milliers d’enseignants doit l’être.

 

 

Concernant le temps partiel nous rappelons que les demandes augmentent pour de nombreuses raisons mais notamment parce que les conditions de travail se dégradent. Aussi, le SNUDI-FO demande que vous renonciez à substituer les demandes de quotité de temps partiel à 80%, par des quotités 75%, 78%, etc. La réglementation prévoit le 80%. Il permet l’équilibre entre aménagement du temps de travail et minimisation de la perte financière (de 7 à 10% selon les quotités). Le SNUDI-FO, mobilisé depuis 2008, est à l’origine de l’octroi du 80% dans le département. Il n’accepte pas que ce progrès social soit rayé d’un trait de plume. Personne n’ignore que le point d’indice est gelé depuis 10 ans années et les revalorisations actées par le ministre indigentes.

Vous nous rappelez régulièrement en instance que ce n’est pas en Haute-Garonne que la question salariale peut être réglée. M. l’Inspecteur d’académie, nous nous permettons de vous dire que le 80% est un levier à votre disposition pour pouvoir améliorer les traitements des temps partiels. Nous vous demandons de l’utiliser, pas de le supprimer.

En outre, dans un contexte où les moyens de remplacement sont insuffisants, chaque temps partiel à 80% refusé prive le département de 3 journées de remplacement, notamment des décharges de direction.

Enfin, l'expérience montre que le frein au temps partiel conduira à l’augmentation des arrêts liés à la maladie.

En ce qui concerne la formation CAPPEI, sous prétexte de crise sanitaire, le distanciel serait à nouveau majoritaire l’an prochain. La formation virtuelle deviendrait la règle. Pourtant le retour des stagiaires sur cette année de formation à distance est édifiant. « Fatigue intense après une journée entière devant l’écran », « difficultés à prendre la parole derrière un écran (cours moins interactifs) », « difficultés à échanger entre pairs sur nos pratiques, sur les cours suivis et à partager nos ressources », « déshumanisation de la formation » ... Et des périodes d’alternance entre pratique et théorie absolument trop longues dans ce contexte.

On devine donc que ce choix d’enseignement à distance ne repose pas sur l’intérêt des collègues mais sur l’intérêt de l’institution à de ne plus rembourser les frais induits par la formation.

D’autre part, certains collègues d’ITEP, d’IME et de RASED ne pourraient accéder à la formation et devraient continuer d’exercer sur ces postes difficiles et spécifiques. Ce n’est pas acceptable.

Enfin PIAL et mutualisation des moyens conduisent à la baisse du nombre d’heures d’accompagnement des élèves, politique d’inclusion systématique sans l’examen précis de chaque situation, restructuration des établissements spécialisés et formation CAPPEI.

FO demande le retour à la formation en présentiel et l’ouverture de la formation à tous les collègues qui en font la demande.

Le Snudi FO analyse que le ministre poursuit la destruction de l’enseignement spécialisé pour des motifs strictement budgétaires, contre les personnels contre l’intérêt des élèves. A cette destruction, nous opposons les revendications.

 

C'est dans ce contexte que se tient cette CAPD qui est placée sous le signe de l’austérité :

De nombreux collègues souhaitent partir en formation, alors que vous accordez seulement 10 mois.

Beaucoup d’enseignants demandent des temps partiels et vous voulez les refuser pour l’essentiel. Nous vous demandons d’autoriser les demandes.

Dans une telle situation, nous l’affirmons également, il est plus que nécessaire d'accorder les mandes de CFP.

 

M. l'Inspecteur d'Académie, nous espérons que vous n’oserez pas invoquer des motifs budgétaires au regard des 301 millions d’€ rendues par notre ministère en 2020.

 

Enfin, la formation continue est très, très, en dessous de ce que prévoit la réglementation qui prévoit 1 semaine par an alors que nous partions à la retraite après 37,5 annuités. Quant à oser proposer des formations pendant les vacances, sur du temps privé, apparait pour ce que c’est : une provocation et un mépris supplémentaire à l'égard des personnels. Le SNUDI FO revendique une formation sur le temps de travail, et dont les volumes respectent la réglementation. Les collègues ne doivent plus attendre 5 ans pour partir en CFP.

 

 

Le SNUDI-FO refuse la dégradation sans fin de nos conditions de travail, la casse de notre statut et la remise en cause de l’École Publique engagées par le ministre Blanquer.  Nous exigeons la création de postes en urgence et le recrutement immédiat d’enseignants titulaires pour assurer le remplacement des collègues absents, la baisse des effectifs et l’annulation des fermetures de classes prévues à la rentrée.

cale




Réunions à venir

RIS Longages  : lundi 21 juin 17h, école élémentaire
RIS TR/TS (ex-TRS) : mercredi 23 juin 2021 14h, UD FO 31 (93 bd de Suisse 31200 Toulouse)

Inscrivez-vous aux RIS et stages du SNUDI-FO 31

Document RIS :

Lettre type IEN RIS

Documents stages :

Lettre type stage
Formulaire de demande d’absence 2020

Contactez-nous


Téléphone 05 61 47 89 55
Fax 09 59 86 78 22

snudi.fo31@gmail.com

SNUDI Force Ouvrière 31
HAUTE GARONNE

93 BOULEVARD DE SUISSE
31200 TOULOUSE


Dossiers
Dossier 4 pages Grenelle (décembre 2020)
4 pages inclusion novembre 2020
Dossier direction spécial Proposition de loi créant la fonction de directeur d’école
Dossier PPCR septembre 2020

SPIP 3.2.5 [24404] habillé par le Snudi Fo